07.12.2017, 16:56  

Des bons d'achat pour les conseillers généraux de Corcelles-Cormondrèche?

Abonnés
chargement
Une moitié des jetons de présence des conseillers généraux de Corcelles-Cormondrèche versés sous forme de bons d'achat?

 07.12.2017, 16:55   Des bons d'achat pour les conseillers généraux de Corcelles-Cormondrèche?

Commerce Le groupe socialiste propose que les jetons de présence dus aux conseillers généraux soient versés sous forme de bons d'achat valable uniquement auprès des commerçants de Corcelles-Cormondrèche

Commerce en ligne, centres commerciaux, catalogues de maisons de vente, démarchage... le consommateur a l’embarras du choix à l’heure de faire ses emplettes. C’est peut-être cela qui fait souffrir le commerce local, imagine le groupe socialiste du Conseil général de Corcelles-Cormondrèche. Pour y remédier – partiellement du moins – il propose de transformer la moitié des jetons de présence dus...

Commerce en ligne, centres commerciaux, catalogues de maisons de vente, démarchage... le consommateur a l’embarras du choix à l’heure de faire ses emplettes. C’est peut-être cela qui fait souffrir le commerce local, imagine le groupe socialiste du Conseil général de Corcelles-Cormondrèche. Pour y remédier – partiellement du moins – il propose de transformer la moitié des jetons de présence dus aux parlementaires communaux en bons d’achats. Ceux-ci n’auraient cours que dans les commerces du village.

Cette proposition sera discutée lors de la prochaine séance du Conseil général, le 18 décembre. Le texte de la motion socialiste demande au Conseil communal qu’il «étudie la possibilité de payer 50% des jetons de présence en bons d’achats valables uniquement dans les commerces ou entreprises installés sur le territoire communal. La réflexion doit également intégrer les vacations du Conseil communal, à un taux inférieur (de l’ordre de 5%).»

Travail d’équipe

D’où vient cette motion intitulée «Promotion économique locale par un engagement local» et sous-titrée «Montrons l’exemple, soutenons l’économie locale!»? «Ce texte est inspiré d’une motion socialiste déposée l’an dernier à Cortaillod», indique Baptiste Hunkeler. «Mais elle avait été refusée», poursuit le conseiller général de Corcelles-Cormondrèche. Adaptée à la situation du village, elle doit montrer que les élus consomment local.

Pourquoi cela marcherait-il ici, alors que la proposition n’a pas passé à Cortaillod? «C’est toute la question... J’espère qu’à Corcelles-Cormondrèche on saura se montrer dynamiques et constructifs entre les partis politiques», anticipe Baptiste Hunkeler.

Milvignes y réfléchit aussi

Une réponse positive le 18 décembre pourrait tout de même prendre par surprise les commerçants du village. Car ils n’ont pas encore été approchés sur cette question, officiellement du moins. «En cas d’acceptation de la motion, ce serait au Conseil communal de faire la démarche. Mais je pense que la mise en place ne doit pas être très compliquée et que les commerçants adhéreront au projet», conclut le jeune député.

Le remplacement partiel des jetons de présence par des bons d’achat émoustille aussi l’exécutif de Milvignes. «Le sujet est dans l’air depuis un bon moment. Nous l’avons évoqué au sein du groupe socialiste, mais de manière informelle», note le président de commune. Mais Gregory Jaquet reste mesuré. A ses yeux, beaucoup de questions restent ouvertes: les centres commerciaux doivent-ils être associés à la démarche? Quid si un commerçant n’adhère pas à l’idée, etc? Gregory Jaquet résume ainsi la situation: «C’est une bonne idée qui ne doit pas devenir un cauchemar.»

Quels montants

En 2016, les indemnités versées aux conseillers généraux ont totalisé 30'030 francs, dont 5500 pour les séances plénières. Quant aux honoraires du Conseil communal, ils ont représenté, cette année, un montant de 190'000 francs, indique la chancellerie communale.

 

Vers un retour du batz

Le Parti socialiste neuchâtelois (PSN) ne fait pas des bons d’achat son leitmotiv. «Nous voyons ça d’un bon œil, mais cela reste du domaine des sections», indique le coordinateur politique du PSN.

Yann Hulmann  précise cependant qu’une commission s’est penchée sur les monnaies alternatives. L’élu de la ville de Neuchâtel Jonathan Gretillat s’est intéressé de près aux monnaies locales, comme le farinet ou le léman – à sa connaissance, il n’existe pas de projet de bons d’achat au chef-lieu. «Nous réfléchissons avec un groupe de députés à l’opportunité de lancer une monnaie neuchâteloise», comme le batz qui avait anciennement cour sous nos latitudes.

Mais Jonathan Gretillat pose des garde-fous: «D’abord, cela doit surgir d’une décision interpartis, car il ne s’agit pas de lancer une idée puis de l’abandonner. Ensuite, pour être crédible et sérieux, il faut multiplier les rencontres avec les gens pour expliquer la démarche. Car, si une monnaie cantonale est lancée, c’est pour la faire subsister.» 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top