08.12.2017, 00:01  

Eclairage sur les bourgeoisies, travailleuses dans l’ombre

Abonnés
chargement
Le groupe de travail ayant œuvré à cette revue était formé, de gauche à droite, d’Eric Bouchat (président de l’association des bourgeoisies du Jura bernois), François Noirjean (historien), Alain Perrenoud (Intervalles), Gaspard Studer (président de l’association des bourgeoisies du Jura) et Georges Rais (ancien coprésident de l’Assemblée interjurassienne).

 08.12.2017, 00:18   Eclairage sur les bourgeoisies, travailleuses dans l’ombre

Par Michael Bassin

REVUE «INTERVALLES» Regard porté des deux côtés de la Roche Saint-Jean.

La revue culturelle «Intervalles» consacre son dernier numéro aux bourgeoisies du Jura bernois, du Jura et de Bienne. Elle se penche sur l’histoire de ces collectivités locales de droit public, dresse le portrait de chacune d’elles et esquisse des perspectives d’avenir.

L’idée d’aborder cette thématique trottait depuis quelque temps dans la tête d’Alain Perrenoud, membre du comité d’«Intervalles». Il nourrissait...

La revue culturelle «Intervalles» consacre son dernier numéro aux bourgeoisies du Jura bernois, du Jura et de Bienne. Elle se penche sur l’histoire de ces collectivités locales de droit public, dresse le portrait de chacune d’elles et esquisse des perspectives d’avenir.

L’idée d’aborder cette thématique trottait depuis quelque temps dans la tête d’Alain Perrenoud, membre du comité d’«Intervalles». Il nourrissait l’envie d’en savoir davantage sur ces institutions qui nous entourent mais qui restent méconnues du grand public. Aujourd’hui, le coordinateur de l’ouvrage dit notamment avoir saisi combien les bourgeoisies ne sont pas homogènes. «De par leurs structures, leurs grandeurs, les biens qu’elles gèrent ou la reconnaissance dont elles bénéficient auprès du public, les bourgeoisies sont différentes les unes des autres.»

Président de l’association des bourgeoisies du Jura bernois ainsi que du Forum interjurassien des bourgeoisies, Eric Bouchat est, lui, ravi de la démarche initiée par «Intervalles». Car elle permet de faire découvrir le travail de ces institutions. «Certaines personnes externes traitent les bourgeoisies de pingres, d’autres ne voient que les bons distribués à leurs membres. Mais c’est parce que les bourgeoisies ne communiquent pas assez sur leurs activités en faveur de la collectivité.»

Un avis partagé par Daniel Bueche, président de la bourgeoisie de Court. «Peut-être souvent mal comprise, parfois jalousée, la bourgeoisie joue un rôle important dans notre société et dans notre communauté», écrit-il dans la revue. Gestion des forêts (dont la promotion du bois-énergie), mise à disposition de pâturages pour les agriculteurs et les promeneurs, entretien de chemins publics, soutien à diverses manifestations, voire gestion de l’eau: les implications de ces entités dans la vie sociale et économique sont nombreuses. «La bourgeoisie doit être comprise mais pas jalousée. Un énorme travail se fait dans l’ombre afin d’entretenir ce riche patrimoine que les générations nous ont légué ceci afin de le retransmettre aux générations futures dans un parfait état», note Daniel Bueche.

Il a fallu cravacher

Si 26 bourgeoisies existent aujourd’hui dans le Jura bernois et autant dans le Jura, ce numéro d’«Intervalles» rappelle que ces collectivités ont bien failli disparaître, notamment lors de l’annexion de la région à la France à la fin du 18e siècle et l’instauration des communes municipales. La revue montre aussi que la création du canton du Jura a été, de façon plus inattendue, une autre épreuve à surmonter.

Pour la confection de ce numéro, Alain Perrenoud s’est entouré d’un groupe de travail composé d’Eric Bouchat, Gapard Studer (président de l’association des bourgeoisies du canton du Jura), Georges Rais (coprésident de l’Assemblée interjurassienne de 2000 à 2002) et François Noirjean (historien).

Deux ans de travaux ont été nécessaires, notamment parce qu’il a fallu «cravacher», selon Eric Bouchat, pour obtenir des réponses de certaines bourgeoisies qui tenaient leurs distances. Eric Bouchat ne l’a d’ailleurs pas caché hier lors du vernissage à Champoz, l’esprit de communication est encore bien trop timide chez certains dirigeants bourgeois.

Ouvertes ou discrètes, voilà une autre composante de la diversité des bourgeoisies! «Bourgeoisies», revue «Intervalles» No 109, 223 pages, www.intervalles.ch


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top